BACKPAGENEXT

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Man-onko-copyright-1024x774.jpg.
Ma-Onko, huile sur toile / 100 x 75 cm – 39.4 x 29.5 in / 2006 – vendu

Marseille 1880, l’équipage d’un navire de colons français est assis dans un bistrot, les amis de chacun sont là pour un repas d’au revoir avant leur grand départ pour le Congo.

Parmi eux, le docteur Noël Eugene Ballay, médecin militaire de la marine et négociateur. Au cours de cet agréable repas, le médecin a été ébloui par les reflets scintillants et colorés d’une boule de verre vissée sur une colonne d’escalier. À la fin du repas, Ballay s’empare discrètement du ballon en question et embarque avec le lendemain sur le navire à destination du Congo.

Quelques jours plus tard, Savorgnan de Brazza, explorateur au service de l’État Français pour le développement et la colonisation des territoires Africains, rejoignit son collaborateur et ami, le Dr. Ballay au Congo, avec son propre équipage. Le but de ce long voyage était de convaincre Ma-Onko, roi des Batéké, de signer un traité de protectorat ratifié par le gouvernement Français. Mais comme d’habitude, les documents et les mots n’étaient pas suffisants pour le chef congolais et en Afrique, en général, de Brazza savait que les cadeaux qui seront offerts au roi feront presque tout le travail de négociation.

Il réunit donc plusieurs objets de grande qualité pour impressionner le Roi des Batéké. À son arrivée à Loango, grand lieu de commerce depuis le XIIIe siècle, et après quelques jours de marche, le convoi exceptionnel a finalement atteint sa destination.

Le lendemain, informé de l’arrivée du convoi, le Roi était là, assis à terre entouré de ses femmes, de ses dignitaires, de ses gardes armés et de nombreux sujets.

Devant leur présence, de Brazza et son équipe déballèrent les sculptures, les montres et autres bijoux, ils déroulèrent des tissus de velours et de soie. Mais le Roi restait indifférent à la vue des objets déposés à ses pieds, il leva la boule de verre de Marseille soigneusement fixée sur une superbe canne en ébène et dit : “Voici le présent que m’a remis le Dr. Ballay, c’est un grand homme !” De Brazza était soulagé par la satisfaction du Roi Ma-Onko, grâce à l’intervention de son ami Eugène Ballay, le médecin de son expédition, arrivé quelques semaines auparavant. Ainsi, le Roi Ma-Onko accepta le traité de protectorat proposé par la France et c’est ainsi que naquit Brazzaville, aujourd’hui capitale du Congo français.

Ce tableau reflète la déception d’un Roi, après la signature d’un accord qui place le territoire du Congo sous protectorat français. Croyant que cette alliance créerait des opportunités commerciales en lui donnant un avantage sur ses ennemis, il sera rapidement déçu lorsque nombre de colons commenceront à opprimer la population et à piller les richesses de son pays.

 


Photo : Archives de l’Afrique Noire – Editions de Lodi – 2002

Ma-Onko : Chef des Batéké
Rencontre entre De Brazza et Ma-Onko
Zaïre (République D. du Congo)